Pour une archéologie post-coloniale de l’économie

(spoiler alert : il ne s’agit pas de la colonisation à laquelle vous pensez)

Il y a des choses que l’on sait que l’on ne devrait pas faire et que l’on fait quand même. C’est bien ce qui se passe quand, pour décrire des conditions économiques anciennes, on utilise de façon impropre des termes issus de la vulgate contemporaine. Et c’est bien ce que je me disais lorsque, au cours des discussions qui suivaient un séminaire d’histoire et d’archéologie économique, j’utilisais pour ce qui me semblait être la centième fois (mais c’était sans doute un peu moins que ça) les termes d’« offre » et de « demande », agrémentés – en ces temps reculés d’interaction directe – d’air quote, ce signe que l’on fait avec les doigts et qui est censé représenter des guillemets, mais qui évoquent toujours chez moi la chorégraphie accompagnant une chanson de mon enfance parlant de lapins et de chasseurs. Je faisais ces petits signes des doigts pour montrer que j’étais conscient de l’inadéquation de ces termes à ce que je voulais vraiment dire, d’autant plus conscient qu’il s’agissait de défendre l’idée que certaines formes d’échange étaient extérieures aux processus de marché. Une sensation d’inconfort m’envahissait, qui n’était pas directement liée à ma gestuelle, mais plutôt aux mots que j’utilisais, dont j’étais obligé de contrebattre la charge sémantique par le biais de la communication non-verbale.

C’est mon collègue Christophe Pébarthe qui m’a permis de mettre des mots sur cette sensation. Encore plus tard, dans les discussions cette fois informelles qui suivent les discussions formelles qui suivent les séminaires, alors que je m’ouvrais à lui de ce sentiment d’inadéquation des concepts que nous utilisons aux situations que nous essayons de décrire, il me dit (en substance : à cette époque de communication pré-Zoom, Teams ou autres, on n’enregistrait pas tout) : « il faut sans doute se décoloniser l’esprit des concepts issus de l’analyse capitaliste ». Les termes qu’il utilisait décrivaient extrêmement bien la situation dans laquelle je me trouvais : confronté à un rapport de force idéologique, j’adoptais les codes de communication dominants, alors même que ceux-ci ne décrivaient pas tant la situation que j’analysais qu’ils en biaisaient les termes.

Ce petit moment de malaise intellectuel n’a été qu’une étape d’un combat maintenant plus que séculaire, d’une confrontation dialectique par laquelle les sciences humaines, en particulier l’histoire, essayait de se dégager des rets de l’économie classique pour bâtir un discours qui leur était propre, et qui permettait d’analyser les sociétés non-industrielles pour ce qu’elles étaient et non pas comme des versions primitives ou mal finies de la nôtre.

Autant le dire, ce combat n’est pas fini, et ne finira probablement jamais. C’est sans doute particulièrement vrai en archéologie des périodes postérieures au Néolithique pour lesquelles des analyses aussi remarquables pour leur finesse théorique que pour la richesse de leur base empirique, cohabitent avec une vulgate pleine de « marchés », de « concurrence », d’adéquation de « l’offre » à la « demande » (tiens tiens)… autant de termes qui ne sont pas forcément faux mais que l’on retrouve souvent utilisés comme s’ils tenaient de l’évidence, alors même que leur validité devrait être démontrée.

L’usage de cette vulgate peut se comprendre. Ian Hodder a bien montré qu’en archéologie, l’interprétation est une traduction. Si on veut être compris par son interlocuteur, il faut que cette traduction se fasse dans une langue qu’il comprenne. Mais une langue, ce n’est pas que des mots. C’est aussi, finalement, une ambiance : le contenu sémantique des mots évolue, se diversifie, parfois se raréfie, et l’essentiel des locuteurs de la langue ne retiennent d’une part que les mots qui leur sont le plus familier et d’autre part ne retiennent pour ces mots que le sens qui leur est le plus fréquemment associé. Analyser une structure sociale ancienne dans ce vocabulaire conventionnel peut donc conduire, si on n’y prend pas garde, non plus à la traduire, mais à la plier, la tordre, la casser pour la faire rentrer dans un cadre qui n’est pas le sien.

Se décoloniser l’esprit, c’est donc aussi déconstruire les concepts structurant nos idées, mais aussi déconstruire le vocabulaire. En finir avec cette version universitaire des air quote qui est la description préalable d’un terme pour en restreindre le sens à ce que l’on veut lui faire dire. Dans ce processus, le terme suivra inévitablement la trajectoire de la balle de flipper : il fera un parcours plus ou moins complexe, mais retombera toujours dans le trou central ; il finira toujours par être compris pour ce qu’il exprimait originellement.

À part à considérer que les universitaires devraient développer un métalangage différent de celui de la société qui les héberge – condamnant ainsi toute possibilité pour que nos recherches aient un impact sociétal (en bon universitaire, j’ai aussi des notions de novlangue) – cet enjeu est central. Pour ne prendre qu’un exemple, on peut définir à l’envie des catégories telles que monnaie primitive, pour dire qu’il ne s’agit en fait ni vraiment de monnaie telles qu’on les connait, ni qu’elles sont vraiment primitives. Et pour être honnête, en faisant cela, on essaie de ne pas faire table rase de quelques décennies de recherche. Mais à la fin, quand ce terme sera utilisé au-delà du cercle restreint des experts, il sera compris pour ce qu’il exprime : il désigne la monnaie d’un peuple primitif, aux pratiques d’échange rudimentaires par rapport aux nôtres. Il serait nettement plus efficace de définir le moyen de l’échange pour ce qu’il est vraiment : un étalon de valeur qui est mis en jeu dans des pratiques d’échange complexes, différentes des contemporaines : biens de référence pourrait être une proposition. De façon plus générale, il faudrait arrêter de prendre nos pratiques comme des points de référence, et d’accepter que ce qui est pré-quelque-chose, proto-quelque-chose ou péri-quelque-chose n’est pas cette chose, et n’a pas forcément de relation de cause à conséquence avec cette chose : la Préhistoire n’est pas la raison de l’Histoire. Si nos interprétations veulent rendre compte de la diversité de ce qu’est l’Humanité, de ses pratiques, il me semble crucial qu’elle évite d’exprimer la réalité comme une somme de variables de ce que nous sommes. Il est assez piquant de constater que mon petit être, issu d’une société urbaine, industrielle et monétarisée, travaillerait d’après la vulgate sur des sociétés proto-urbaines, préindustrielles et dotées de monnaies primitives. Ne sont-elles rien d’autre que cela ? Leur mode d’organisation sociale ne vaut-il que par leur proximité relative au modèle urbain ? Toute pratique d’échange doit elle être caractérisée en fonction de sa proximité au domaine monétaire ?

L’analyse archéologique doit à mon sens privilégier la description d’une réalité pour ce qu’elle est. Nos langues modernes ne manquent pas d’un vocabulaire permettant d’effectuer correctement cette traduction. C’est particulièrement vrai concernant le domaine économique. Il y a dans ce domaine une tendance puissante à présenter les mécanismes de l’économie contemporaine, et notamment les mécanismes de marché (dans leur version la plus simple) comme des processus qui s’imposeraient naturellement à l’homme. Comprendre la diversité de l’humanité, et l’expliquer, revient à secouer cette idée d’un déterminisme de l’activité humaine par des forces économiques de portée quasiment divine. Cela ne pourra pas se faire par le recyclage passif du vocabulaire dans lequel cette idée s’exprime.

Alexis GORGUES


OpenEdition suggests that you cite this post as follows:
Alexis Gorgues (November 20, 2020). Pour une archéologie post-coloniale de l’économie. TIE : Trade, Institutions, Economics. Retrieved July 13, 2024 from https://doi.org/10.58079/urf5


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.