All posts by Alexis Gorgues

Connecting pots

Poterie et pratiques relationnelles dans le monde ancien.

Pottery and relational practices in the Ancient World.

Workshop 26 novembre 2021, Amphithéâtre de la Maison de l’Archéologie, Pessac, 14h-18h.

Workshop tenu dans les cadres des programmes CorPoWest (Département des Sciences Archéologiques Bordeaux) et NoStoi (Labex Laboratoire des Sciences Archéologiques de Bordeaux

Résumé:

La poterie, bien que très souvent réduite, en contexte archéologique, à l’état assez peu spectaculaire de tesson, était au cœur de pratiques relationnelles, et cela jusqu’à des époques récentes. Dans le monde ancien, elle fournissait un support matériel et technique pour la diffusion, la conservation et la consommation de denrées alimentaires. Dans bien des cas, toutefois, sa signification va bien au-delà. Sa forme, sa technique, permet d’identifier sa région de production et parfois même l’atelier dont elle est issue, et donc de mettre en évidence des connexions locales, régionales, ou interrégionales. Son éventuelle décoration peut avoir suscité la diffusion de trames narratives intégrées de façons différentes d’un endroit à l’autre. Sur les places de marché, ou n’importe où ou pouvaient avoir lieu des transactions, la poterie pouvait livrer par sa seule morphologie des informations sur l’origine et le volume des denrées. Dans les banquets, elle rend visible de tous la part réservée à chacun. Sa fabrication même, impliquant des acteurs issus de contextes différents et possesseurs de savoir-faire spécifiques, peut être considérée comme une activité relationnelle.

Cet atelier explorera les nouvelles méthodes d’approche qui permette de mettre en évidence et de caractériser le rôle relationnel de la poterie. L’utilisation de la poterie en contexte social, les problèmes liés à sa contenance (et les méthodes utilisées pour les aborder) seront au cœur de nos discussions.

Abstract :

Pottery, although often reduced in archaeological contexts to the unspectacular form of a sherd, was at the very heart of relational practices –until quite recent times-. In the ancient world, it provided technical means for distributing, storing and consuming foodstuffs. In many contexts, its meaning embraced a much wider field, though. Its shape, its technique, may allow tracing its origins all the way back to a specific workshop, and thus emphasize connections with remote places. Its decoration will disseminate narrative, which would be integrated in different ways from one place to another. On marketplaces or anywhere a transaction could happen, it could provide information about origins and volumes of foodstuffs or other products. In banquets, it would allow for making clear which portion is allowed to whom. Even its making, involving actors from different backgrounds and possessing different know-hows, can be considered as a relational activity.

This workshop will consider new paths of investigation that may emphasize and characterize this role of pottery as a relational medium. Pottery use in social contexts, problems related with capacities (and methods use to investigate them) will be at the core of our discussions.

Programme :

14h : Introduction, présentation du workshop. Alexis Gorgues, UMR 5607 Ausonius, Université Bordeaux Montaigne

14h10 :  Perspectives on Ancient Pottery: Some Thoughts from the Trenches. John Papadopoulos, Cotsen Institute of Archaeology, University of California Los Angeles.

14h40 : Corinthian Pottery at home and abroad. Relating production to spheres of consumption. Haley Bertram, Department of Classics, University of Cincinnati.

 15h10 : Eating, Feasting, or the Symposium? Can Pottery Help us Tell the Difference. Kathleen Lynch, Department of Classics, University of Cincinnati.

15h40 : pause.

16h : Faciès céramiques et dynamiques socio-culturelles au premier âge du Fer dans le sud-ouest de la France : trois illustrations.Antoine Dumas, UMR 5607 Ausonius

16h30 : Produciendo conectividad : las ánforas de la Contestania Ibérica en la Edad del Hierro. Pascual Perdiguero, Area de Arqueología, Universitat d’Alacant.

17h00 : L’atelier de potier comme cadre relationnel : quelques remarques à partir des fouilles du Mas de Moreno (Foz-Calanda, Teruel, Espagne). Alexis Gorgues, Charlotte Sacilotto (UMR 5608 TRACES, Université Toulouse 2-Jean Jaurès), Florent Comte.

17h : Le projet Nostoi et ses premiers résultats. Alexis Gorgues, Thibaud Poigt (projet NoStoi, UMR 5607 Ausonius-UMR 5608 TRACES) Florent Comte.

Pour une archéologie post-coloniale de l’économie

(spoiler alert : il ne s’agit pas de la colonisation à laquelle vous pensez)

Il y a des choses que l’on sait que l’on ne devrait pas faire et que l’on fait quand même. C’est bien ce qui se passe quand, pour décrire des conditions économiques anciennes, on utilise de façon impropre des termes issus de la vulgate contemporaine. Et c’est bien ce que je me disais lorsque, au cours des discussions qui suivaient un séminaire d’histoire et d’archéologie économique, j’utilisais pour ce qui me semblait être la centième fois (mais c’était sans doute un peu moins que ça) les termes d’« offre » et de « demande », agrémentés – en ces temps reculés d’interaction directe – d’air quote, ce signe que l’on fait avec les doigts et qui est censé représenter des guillemets, mais qui évoquent toujours chez moi la chorégraphie accompagnant une chanson de mon enfance parlant de lapins et de chasseurs. Je faisais ces petits signes des doigts pour montrer que j’étais conscient de l’inadéquation de ces termes à ce que je voulais vraiment dire, d’autant plus conscient qu’il s’agissait de défendre l’idée que certaines formes d’échange étaient extérieures aux processus de marché. Une sensation d’inconfort m’envahissait, qui n’était pas directement liée à ma gestuelle, mais plutôt aux mots que j’utilisais, dont j’étais obligé de contrebattre la charge sémantique par le biais de la communication non-verbale.

C’est mon collègue Christophe Pébarthe qui m’a permis de mettre des mots sur cette sensation. Encore plus tard, dans les discussions cette fois informelles qui suivent les discussions formelles qui suivent les séminaires, alors que je m’ouvrais à lui de ce sentiment d’inadéquation des concepts que nous utilisons aux situations que nous essayons de décrire, il me dit (en substance : à cette époque de communication pré-Zoom, Teams ou autres, on n’enregistrait pas tout) : « il faut sans doute se décoloniser l’esprit des concepts issus de l’analyse capitaliste ». Les termes qu’il utilisait décrivaient extrêmement bien la situation dans laquelle je me trouvais : confronté à un rapport de force idéologique, j’adoptais les codes de communication dominants, alors même que ceux-ci ne décrivaient pas tant la situation que j’analysais qu’ils en biaisaient les termes.

Ce petit moment de malaise intellectuel n’a été qu’une étape d’un combat maintenant plus que séculaire, d’une confrontation dialectique par laquelle les sciences humaines, en particulier l’histoire, essayait de se dégager des rets de l’économie classique pour bâtir un discours qui leur était propre, et qui permettait d’analyser les sociétés non-industrielles pour ce qu’elles étaient et non pas comme des versions primitives ou mal finies de la nôtre.

Autant le dire, ce combat n’est pas fini, et ne finira probablement jamais. C’est sans doute particulièrement vrai en archéologie des périodes postérieures au Néolithique pour lesquelles des analyses aussi remarquables pour leur finesse théorique que pour la richesse de leur base empirique, cohabitent avec une vulgate pleine de « marchés », de « concurrence », d’adéquation de « l’offre » à la « demande » (tiens tiens)… autant de termes qui ne sont pas forcément faux mais que l’on retrouve souvent utilisés comme s’ils tenaient de l’évidence, alors même que leur validité devrait être démontrée.

L’usage de cette vulgate peut se comprendre. Ian Hodder a bien montré qu’en archéologie, l’interprétation est une traduction. Si on veut être compris par son interlocuteur, il faut que cette traduction se fasse dans une langue qu’il comprenne. Mais une langue, ce n’est pas que des mots. C’est aussi, finalement, une ambiance : le contenu sémantique des mots évolue, se diversifie, parfois se raréfie, et l’essentiel des locuteurs de la langue ne retiennent d’une part que les mots qui leur sont le plus familier et d’autre part ne retiennent pour ces mots que le sens qui leur est le plus fréquemment associé. Analyser une structure sociale ancienne dans ce vocabulaire conventionnel peut donc conduire, si on n’y prend pas garde, non plus à la traduire, mais à la plier, la tordre, la casser pour la faire rentrer dans un cadre qui n’est pas le sien.

Se décoloniser l’esprit, c’est donc aussi déconstruire les concepts structurant nos idées, mais aussi déconstruire le vocabulaire. En finir avec cette version universitaire des air quote qui est la description préalable d’un terme pour en restreindre le sens à ce que l’on veut lui faire dire. Dans ce processus, le terme suivra inévitablement la trajectoire de la balle de flipper : il fera un parcours plus ou moins complexe, mais retombera toujours dans le trou central ; il finira toujours par être compris pour ce qu’il exprimait originellement.

À part à considérer que les universitaires devraient développer un métalangage différent de celui de la société qui les héberge – condamnant ainsi toute possibilité pour que nos recherches aient un impact sociétal (en bon universitaire, j’ai aussi des notions de novlangue) – cet enjeu est central. Pour ne prendre qu’un exemple, on peut définir à l’envie des catégories telles que monnaie primitive, pour dire qu’il ne s’agit en fait ni vraiment de monnaie telles qu’on les connait, ni qu’elles sont vraiment primitives. Et pour être honnête, en faisant cela, on essaie de ne pas faire table rase de quelques décennies de recherche. Mais à la fin, quand ce terme sera utilisé au-delà du cercle restreint des experts, il sera compris pour ce qu’il exprime : il désigne la monnaie d’un peuple primitif, aux pratiques d’échange rudimentaires par rapport aux nôtres. Il serait nettement plus efficace de définir le moyen de l’échange pour ce qu’il est vraiment : un étalon de valeur qui est mis en jeu dans des pratiques d’échange complexes, différentes des contemporaines : biens de référence pourrait être une proposition. De façon plus générale, il faudrait arrêter de prendre nos pratiques comme des points de référence, et d’accepter que ce qui est pré-quelque-chose, proto-quelque-chose ou péri-quelque-chose n’est pas cette chose, et n’a pas forcément de relation de cause à conséquence avec cette chose : la Préhistoire n’est pas la raison de l’Histoire. Si nos interprétations veulent rendre compte de la diversité de ce qu’est l’Humanité, de ses pratiques, il me semble crucial qu’elle évite d’exprimer la réalité comme une somme de variables de ce que nous sommes. Il est assez piquant de constater que mon petit être, issu d’une société urbaine, industrielle et monétarisée, travaillerait d’après la vulgate sur des sociétés proto-urbaines, préindustrielles et dotées de monnaies primitives. Ne sont-elles rien d’autre que cela ? Leur mode d’organisation sociale ne vaut-il que par leur proximité relative au modèle urbain ? Toute pratique d’échange doit elle être caractérisée en fonction de sa proximité au domaine monétaire ?

L’analyse archéologique doit à mon sens privilégier la description d’une réalité pour ce qu’elle est. Nos langues modernes ne manquent pas d’un vocabulaire permettant d’effectuer correctement cette traduction. C’est particulièrement vrai concernant le domaine économique. Il y a dans ce domaine une tendance puissante à présenter les mécanismes de l’économie contemporaine, et notamment les mécanismes de marché (dans leur version la plus simple) comme des processus qui s’imposeraient naturellement à l’homme. Comprendre la diversité de l’humanité, et l’expliquer, revient à secouer cette idée d’un déterminisme de l’activité humaine par des forces économiques de portée quasiment divine. Cela ne pourra pas se faire par le recyclage passif du vocabulaire dans lequel cette idée s’exprime.

Alexis GORGUES

Differentiating things: the materiality of ancient economies-1.

First a short point of vocabulary: in this blog, the term “ancient” must be understood as referring to all coetaneous societies having developed through the 2nd and 1st millennium BCE in Europe, the Mediterranean or the Near East, regardless of their practice of writing.

Archaeology of ancient economies focuses on patterns, i.e. on repetitive behaviours, resulting in the replication of significant and meaningful aspects of the material record. As such, archaeological analyses has a predictable tendency to emphasize regularity in practices, rather than specific, local traits. Such widely spread and acknowledged practices can be referred to as “institutions”.

Institutions of trade have come, over the last decades, under thorough scrutiny by the archaeologists. Many hypothesis have been made around the possible use of money different in shape from the coins familiar to numismatics. The existence of large-scale weight-systems has long been hypothesized, and more recently demonstrated for different contexts. Metrology as a whole is a hot and enduring topic, especially regarding Near Eastern archaeology.

One significant trait allow for differentiating the different clusters which practices are submitted to our analysis into two different groups.

The first one would regroup policies where common rules, enforced by third-party arbitration, regulate trade. These rules are often explicitly formulated as laws. A common system of measurement –a standard metrology- allows for a swift process of evaluation by the protagonists of the transactions or by the authorities, often in relation with a tax-system. Retro-control, using official sets of weights or capacities, is possible in order to ensure the sincerity of the different protagonists. Complaints are submitted to authorities and processed by judges or courts. These formal institutions allow for anonymity in transactions. Trust proceeds from the capacity of the system to prevent or to punish fraud. In this blog, we will name this trust rooted on the existence of formal institution systemic trust.

The second group would regroup policies where commonly accepted social practices regulated trade. Social adequacy, a sense of honour or prestige, ensure for the sincerity of the protagonists. Social disapprobation and exclusion from trade networks may sanction insincerity. In that case, institutions of trade are informal and their legitimacy lays in shared practice. Trust lays in the reputation of the different protagonists: we will speak of interpersonal trust. Obviously, the substance of these two groups is rather theoretical. In reality, most trading systems were not that monolithic: interpersonal trust is often present even where formal institutions regulate trade, and metrology can exist even where written law is absent. Yet defining them as such allow for defining a range of possibilities, and archaeological analysis for defining the position of the different system observed between these two extremes.

Alexis GORGUES